Milk & green

Consciente de l’importance de l’écologie, mais aussi passionnée, Sandra Wampach a créé son site destiné aux parents : Milk&Green. Intéressée par le fait que le textile tient une part importante dans le développement durable, elle décide de valoriser et de travailler avec des marques qui partagent les mêmes valeurs qu’elle. Pour Sandra, parler d’écologie ce n’est pas seulement parler de textile mais c’est bel et bien parler du respect de l’homme et de son environnement de travail. Ces valeurs, elle les partage avec l’ensemble de ses clients pour le bien-être des enfants !

Milk&Green, c’est aussi un lieu d’information ! Informer les internautes pour les aider à prendre conscience des bienfaits des produits écologiques, les inciter à mieux consommer! Ainsi, on retrouve des informations sur les bonnes pratiques, la traçabilité des produits, des vêtements et aussi les enjeux liés à la consommation pour les parents, les enfants et aussi la planète !

Si tout le monde parle du bio d’un point de vue alimentaire, au niveau du textile, cela reste très minime comme diffusion. Cela commence tout doucement avec des reportages sur des usines, mais les gens ont-ils vraiment conscience de la toxicité des vêtements qu’ils portent ?

Quelle est votre vision de la mode aujourd’hui ?

« En ce qui concerne le monde de la mode, c’est un peu vaste ! Pas toujours très conscient des enjeux, ce monde évolue en eaux troubles. Mais en ce qui concerne la mode pour enfants, il commence à il y a avoir du changement, peu à peu de nombreuses marques créent des lignes biologiques, pas toujours vraiment bio, mais il y a une prise de conscience des enjeux concernant la peau fragile des enfants. »

Quelles sont les choses les plus importantes auxquelles vous portez attention quand vous décidez de référencer une nouvelle marque ?

« Tout d’abord, il faut que le style soit sympa, les coupes originales, les vêtements pratiques et les jouets ludiques. Evidemment tout être certifié Bio avec une réelle traçabilité de la production, des informations claires sur la provenance des matières premières et ensuite sur l’élaboration du produit. Pour ce qui est de la puériculture il faut réellement allier pratique, résistant et non toxique.

Vous savez ce sont les parents qui achètent et même s’ils sont partisans de l’écologie, ils n’en restent pas moins des parents et il faut que cela ne complique pas leur vie ! »

Pensez-vous que la mode et l’utilisation de matières biologiques comme le coton bio, peuvent aider à interpeller les consommateurs sur la préservation de notre planète et donc à les sensibiliser aux éco-gestes ?

« Difficile de répondre à cette question ! Quand on parle de culture de Coton Bio, j’imagine que les gens sont conscients qu’en plus d’être un enjeu écologique, il s’agit d’un enjeu sociétaire. Permettant ainsi à d’autres hommes de vivre dans de meilleures conditions. Et ça c’est très important pour tout le monde. »

Selon vous, la sensibilisation à l’environnement passe t-elle par les enfants ? devient-on plus sensible et curieux lorsque l’on s’apprête à avoir des enfants ?

« Je n’ai pas encore d’enfant ! Je crois que c’est une prise de conscience personnelle ! Mais c’est vrai que je remarque chez mes amies mamans qu’elles font énormément de recherches pour trouver le meilleur produit pour leurs enfants. J’ai parfois l’impression que lorsqu’on devient maman, on devient aussi spécialiste/analyste en marchés et produits du secteur bébé, un peu médecin, un peu psychologue et on est en constante formation ! »

On vous donne une baguette magique, vous faites quoi ?

« J’inverserais les rôles ! Je rendrais le Bio accessible à tous avec moins de contraintes à la fois pour les producteurs, parce qu’il y a parfois des normes vraiment invraisemblables. Et pour les consommateurs, il n’est pas normal que les produits Bios soient plus chers ! Evidemment c’est un cercle vicieux, les produits doivent être certifiés et cela coûte très cher alors que ce qui est « toxique », ne demande aucune certification ! Même pas un avis aux consommateurs du genre : « Votre produit a été traité avec tel ou tel pesticide ». C’est un peu le monde à l’envers, non ? »

 

Alors conquis/es ?

Written By
More from Louise

La fête des possibles

Nouvelles habitudes de vie, nouveaux modes de consommation et de production, aujourd’hui...
Read More

Laisser un commentaire